Ce que la Bible enseigne sur la consommation du vin et autres boissons alcoolisées



Ce que la Bible enseigne sur la consommation du vin et autres boissons alcoolisées

Cet article est écrit en réponse à la demande de certaines personnes de mon entourage et un lecteur de ce blog qui voulaient connaitre ce que la bible enseigne sur la consommation des boissons alcoolisées (vin, bières, etc.). Je sais que c’est un sujet sensible qui pousse souvent les gens à adopter des positions extrêmes et parfois faire des déclarations dont ils ne comprennent pas la portée globale sur plan biblique et surtout sur le plan christologique.



Personnellement, je n’ai jamais trouvé en quoi la bière avait un bon gout et ne consomme jamais de l’alcool. Il faut aussi avouer que j’évite de me lancer dans la consommation d’une substance qui pourrait me faire perdre le contrôle de mon être et commettre des actes dont j’aurais au final très honte, avec toutes les conséquences qui pourraient en découler (qui se rappelle de l’histoire de Noé et Cham – Genèse 9 :18-29 – ou celle de lot avec ses filles – Genèse 19 :30-38 ?).


Mais, ce n'est que mon appréciation personnelle et je ne me permettrais pas de le faire passer pour un enseignement de la Bible. C'est ainsi que je vais vous amener à l'exploration de ce qu'on apprend dans la bible au sujet de la consommation du vin et autres substances alcoolisées ainsi que les excès de leur consommation.

Commençons d'abord par voir ce que la Bible enseigne sur la consommation excessive du vin.

1) La Bible condamne sérieusement l’ivrognerie

« 13 Marchons honnêtement, comme en plein jour, loin des excès et de l'ivrognerie, de la luxure et de l'impudicité, des querelles et des jalousies. » (Romains 13 :13)

L’ivrognerie comme les autres excès (même celui de manger) sont interdits dans la bible car ils ne permettent pas à l’homme prêter attention à l’œuvre de Dieu et se laisser conduire par lui dans sa vie de tous les jours (Jérémie 10 :23).

« 11 Malheur à ceux qui de bon matin courent après les boissons enivrantes, et qui bien avant dans la nuit sont échauffés par le vin! 12 La harpe et le luth, le tambourin, la flûte et le vin, animent leurs festins; Mais ils ne prennent point garde à l'oeuvre de l'Éternel, Et ils ne voient point le travail de ses mains. » (Esaïe 5 :11-12)

Le passage ci-dessus nous donne le cas des personnes qui dès le matin vont se mettre à boire et s’enivrent bien avant la nuit. Des telles personnes n’auront jamais le temps pour penser à Dieu, à son œuvre, encore moins le temps de le servir.

Dans la loi de Moïse, les parents avaient reçu le droit de dénoncer leur fils qui se livre à des excès ainsi qu’à l’ivrognerie et c’est la peine capitale qui avait été établie comme punition pour ce genre de comportement.
« 18 Si un homme a un fils indocile et rebelle, n'écoutant ni la voix de son père, ni la voix de sa mère, et ne leur obéissant pas même après qu'ils l'ont châtié, 19 le père et la mère le prendront, et le mèneront vers les anciens de sa ville et à la porte du lieu qu'il habite. 20 Ils diront aux anciens de sa ville: Voici notre fils qui est indocile et rebelle, qui n'écoute pas notre voix, et qui se livre à des excès et à l'ivrognerie. 21 Et tous les hommes de sa ville le lapideront, et il mourra. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi, afin que tout Israël entende et craigne. » (Deutéronome 21 :18-21)

Ayant remarqué que l’interdiction faites aux sacrificateurs de prendre du vin pendant le temps de leur service dans la tente d’assignation (afin de savoir distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ce qui est impur de ce qui est pur, Lévitique 10 :8-11) était intervenue après  la mort des fils d’Aaron Nadab et Abihu  pour y avoir apporté du feu étranger (Lévitique 10 :1-7), les rabbins en avaient déduits que c’était sous l’effet de l’ivresse que Nadab et Abihu avaient commis cet acte infâme (surtout que cette interdiction de consommer du vin est faite pour éviter aux sacrificateurs de mourir pendant leur service, Lévitique 10 :9). 

Le danger de l’ivrognerie est donc tellement grand qu’il peut empêcher un serviteur de notre Seigneur d’accomplir sa tâche d’une manière convenable et même le distraire au point qu’il ne fasse rien du tout.

« 48 Mais, si c'est un méchant serviteur, qui dise en lui-même: Mon maître tarde à venir, 49 s'il se met à battre ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes, 50 le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s'y attend pas et à l'heure qu'il ne connaît pas, 51 il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites: c'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents. » (Matthieu 24 :48-51)

L’ivrognerie est ainsi cité par l’Apôtre Paul comme l’une de ses œuvres de la chair qui empêcheront à quiconque d’hériter le royaume de Dieu. 

«19 Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont (…) 21 l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu. » (Galates 5 :19, 21)

2) La consommation modérée des boissons alcoolisées n’a jamais constitué un pêché 

« 1 Mon âme, bénis l'Éternel! Éternel, mon Dieu, tu es infiniment grand! Tu es revêtu d'éclat et de magnificence! (…) 14 Il fait germer l'herbe pour le bétail, Et les plantes pour les besoins de l'homme, afin que la terre produise de la nourriture, 15 Le vin qui réjouit le coeur de l'homme, et fait plus que l'huile resplendir son visage, et le pain qui soutient le coeur de l'homme. » (Psaumes 104 :1, 14-15)

Il est malheureux de constater que beaucoup ont pris la condamnation ferme de l’ivrognerie dans la Bible comme une interdiction totale de la consommation des boissons alcoolisées, allant jusqu’à qualifier de « péché » toute consommation des bières et autres boissons du même registre. Mais, ce n’est pas du tout cela qu’enseigne la Bible.

Il est vrai qu’il avait été interdit aux sacrificateurs de prendre du vin pendant le temps de leur service dans la tente d’assignation (ou au temple lorsqu’il fut construit), mais la Bible ne nous dit pas qu’il leur avait été interdit de prendre du vin même en dehors de leur temps de service. Les seuls qui avaient une interdiction permanente de prendre du vin étaient ceux qui étaient consacrés à Dieu depuis leur naissance, Jean-Baptiste  par exemple (Luc 1 :15). Ceux qui avaient fait un vœu temporaire de Naziréat ne s’abstenait du vin que pendant la période de leur Naziréat (Nombres 6 :1-3). 

« 13 Il arrivera donc que si vous obéissez exactement à mes commandements, lesquels je vous  prescris aujourd`hui, que vous aimiez l`Éternel votre Dieu, et que vous le serviez de tout votre coeur et de toute votre âme, 14 Alors je donnerai la pluie telle qu`il faut à votre pays en sa saison, la pluie de la première et de la dernière saison, et tu recueilleras ton froment, ton vin excellent, et ton huile.  15 Je ferai croître aussi dans ton champ de l`herbe pour ton bétail ; tu mangeras et tu seras rassasié.» (Deutéronome 11 :13-15, Martin)

La consommation du vin faisait partie de la vie courante des israélites (1 Chroniques 12 :38-40 ; 1 Samuel 16 :20 ; 2 Samuel 16 :1-2) et l’une des promesses de Dieu à son peuple est qu’il viendra un temps où les oppresseurs ne lui prendront plus son vin, qu’il pourra boire dans le parvis du Sanctuaire de l’Eternel.

« 8 L'Éternel l'a juré par sa droite et par son bras puissant: Je ne donnerai plus ton blé pour nourriture à tes ennemis, Et les fils de l'étranger ne boiront plus ton vin, Produit de tes labeurs; 9 Mais ceux qui auront amassé le blé le mangeront Et loueront l'Éternel, Et ceux qui auront récolté le vin le boiront, dans les parvis de mon sanctuaire. » (Esaïe 62 :8-9)

« 14 Je ramènerai les captifs de mon peuple d'Israël; Ils rebâtiront les villes dévastées et les habiteront, Ils planteront des vignes et en boiront le vin, Ils établiront des jardins et en mangeront les fruits.» (Amos 9 :14-15)

La consommation du vin et autres liqueurs fortes ou douces pour se réjouir avait même été recommandée par Dieu dans certaines circonstances.

« 22 Tu lèveras la dîme de tout ce que produira ta semence, de ce que rapportera ton champ chaque année. 23 Et tu mangeras devant l'Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu'il choisira pour y faire résider son nom, la dîme de ton blé, de ton moût et de ton huile, et les premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, afin que tu apprennes à craindre toujours l'Éternel, ton Dieu. 24 Peut-être lorsque l'Éternel, ton Dieu, t'aura béni, le chemin sera-t-il trop long pour que tu puisses transporter ta dîme, à cause de ton éloignement du lieu qu'aura choisi l'Éternel, ton Dieu, pour y faire résider son nom. 25 Alors, tu échangeras ta dîme contre de l'argent, tu serreras cet argent dans ta main, et tu iras au lieu que l'Éternel, ton Dieu, aura choisi. 26 Là, tu achèteras avec l'argent tout ce que tu désireras, des boeufs, des brebis, du vin et des liqueurs fortes, tout ce qui te fera plaisir, tu mangeras devant l'Éternel, ton Dieu, et tu te réjouiras, toi et ta famille. 27 Tu ne délaisseras point le Lévite qui sera dans tes portes, car il n'a ni part ni héritage avec toi. » (Deutéronome 14 :22-27) 

« 9 Néhémie, le gouverneur, Esdras, le sacrificateur et le scribe, et les Lévites qui enseignaient le peuple, dirent à tout le peuple: Ce jour est consacré à l'Éternel, votre Dieu; ne soyez pas dans la désolation et dans les larmes! Car tout le peuple pleurait en entendant les paroles de la loi. 10 Ils leur dirent: Allez, mangez des viandes grasses et buvez des liqueurs douces, et envoyez des portions à ceux qui n'ont rien de préparé, car ce jour est consacré à notre Seigneur; ne vous affligez pas, car la joie de l'Éternel sera votre force. » (Néhémie 8 :9-10)

L’une des raisons pour lesquelles le Psalmiste bénissait Dieu est notamment le fait qu’il ait mis à la disposition de l’homme le vin qui réjouit son cœur (Psaumes 104 :1, 14-15). Et la Bible nous informe qu’Isaac, en bénissant son fils Jacob, avait prié pour que Dieu lui donne du vin en abondance.

« 27 Jacob s'approcha, et le baisa. Isaac sentit l'odeur de ses vêtements; puis il le bénit, et dit: Voici, l'odeur de mon fils est comme l'odeur d'un champ que l'Éternel a béni. 28 Que Dieu te donne de la rosée du ciel et de la graisse de la terre, Du blé et du vin en abondance! » (Genèse 27 :27-28)

La possession, la production ou la consommation modérée du vin n’était donc pas considérée comme un péché dans l’Ancien Testament. Qu’en est-il dans le Nouveau Testament ? Que pouvons-nous y apprendre au sujet de l’attitude de Jésus et ses disciples par rapport au vin et autres boissons alcoolisées ? 

3) Jésus et ses disciples prenaient du vin et autres liqueurs

Oui, oui, vous avez bien lu. Jésus et ses disciples prenaient du vin et autres liqueurs, pas seulement lors des fêtes ou manifestations à caractère religieux comme certains le pensent. 

Comme souligné plus haut, Jean-Baptiste était consacré à Dieu depuis sa naissance, raison pour laquelle il ne buvait ni vin ni liqueur enivrante (Luc 1 :15). En plus de cela, son régime alimentaire était très modeste, pas des plats exquis, juste des sauterelles et du miel sauvage (Matthieu 3 :4).

Jésus par contre avait un train de vie normal, mangeant et buvant ce qui lui était offert (Jean 12 :1-2).  Il arrivait même qu’il participait à des festins, dont certains étaient organisés par ses disciples à son honneur. On y mangeait des mets succulents et on  buvait du vin et autres liqueurs.

« Après cela, Jésus s'en alla et vit, en passant, un collecteur d'impôts nommé Lévi, installé à son poste de péage. Il l'appela en disant : -Suis-moi ! Cet homme se leva, laissa tout et suivit Jésus. Lévi organisa, dans sa maison, une grande réception en l'honneur de Jésus. De nombreuses personnes étaient à table avec eux, et, parmi elles, des collecteurs d'impôts. Les pharisiens et les spécialistes de la Loi qui appartenaient à leur parti s'indignaient et interpelèrent les disciples de Jésus : -Comment pouvez-vous manger et boire avec ces collecteurs d'impôts, ces pécheurs notoires ?» (Luc 5 :27-30, Semeur)

Comme on peut le constater, cette attitude de Jésus qui se permettait de manger et boire du vin avec des gens considérés comme parias par les leaders religieux avait finie par soulever leur indignation.

« 18 Jean en effet est venu, ne mangeant ni ne buvant, et ils disent : Il est possédé du démon. " 19 Le Fils de l`homme est venu, mangeant et buvant, et ils disent : " C`est un mangeur et un buveur de vin,  un ami des publicains et des pécheurs. " Et la Sagesse a été reconnue juste par ses œuvres. " » (Matthieu 11 :18-19)

Jésus n’avait jamais interdit à ses disciples de boire les boissons qui leur étaient offertes. Il leur avait plutôt recommandé de manger et boire ce qu’on leurs offrait lorsqu’ils allaient propager l’évangile.

« 5 Dans quelque maison que vous entriez, dites d'abord: Que la paix soit sur cette maison! 6 Et s'il se trouve là un enfant de paix, votre paix reposera sur lui; sinon, elle reviendra à vous. 7 Demeurez dans cette maison-là, mangeant et buvant ce qu'on vous donnera; car l'ouvrier mérite son salaire. N'allez pas de maison en maison. » (Luc 10 :5-7)

Dans la Bible, il existe un enseignement selon lequel pendant le règne du Messie, ce dernier organisera un grand festin pour tous les peuples, un festin avec de mets succulents et du bon vin.

« 6 L'Éternel des armées prépare à tous les peuples, sur cette montagne, Un festin de mets succulents, Un festin de vins vieux, De mets succulents, pleins de moelle, De vins vieux, clarifiés.» (Esaïe 25 :6)

Jésus a d’ailleurs à plusieurs reprises confirmé la tenue de ce festin et il affirmera même lors de la célébration de sa dernière pâque qu’il ne prendra à nouveau du vin que dans le royaume de Dieu (son règne millénaire sur la terre).

« 11 Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l'orient et de l'occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux. » (Matthieu 8 :11)

« 28 Vous, vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves; 29 c'est pourquoi je dispose du royaume en votre faveur, comme mon Père en a disposé en ma faveur, 30 afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, pour juger les douze tribus d'Israël. » (Luc 22 :28-30)

«25 Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu'au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu. » (Marc 14 :22-25)

Ces éléments permettent de mieux comprendre la réponse de Jésus à Marie sa mère, lorsqu’aux noces de Cana celle-ci était venue l’informer qu’il n’y avait plus de vin. En lui disant que son heure n’était pas encore venue, Jésus ne faisait que lui souligner que le temps n’était pas encore venu pour lui d’accomplir cette prophétie messianique sur le festin avec des mets succulents et du bon vin dans le royaume de Dieu.

« 1 Trois jours après, il y eut des noces à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là, 2 et Jésus fut aussi invité aux noces avec ses disciples. 3 Le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit: Ils n'ont plus de vin. 4 Jésus lui répondit: Femme, qu'y a-t-il entre moi et toi? Mon heure n'est pas encore venue. » (Jean 2 :1-4)

En bref, comme nous venons de le voir, Jésus et ses disciples consommaient du vin et autres liqueurs sans pour autant se laisser aller à l’ivrognerie (ce qui aurait constitué un péché). Il faut donc que ceux qui clament que la consommation modérée du vin et autres boissons enivrantes est un péché arrêtent de commettre cette faute doctrinale car ils enseignent tacitement que Jésus et ses disciples péchaient quand ils buvaient. Or, faire porter la moindre faute à Jésus serait rendre nul son sacrifice et nier le fait qu’il était l’agneau sans défaut à même de nous sauver (Jean 8:46; 1 Pierre 1:19). 

4) L’attitude du chrétien face au vin et autres boissons alcoolisées 

De ce que nous avons vu jusque-là, nous pouvons retenir que bien Dieu n’a pas  interdit de consommer du vin et autres liqueurs enivrantes, des bénédictions pour la possession du vin par exemple se trouve même dans les Ecritures. Mais, le Seigneur punit sévèrement les excès de vin (autant qu’il déteste les excès de table).

« 1 Ne suis-je pas libre? Ne suis-je pas apôtre? N'ai-je pas vu Jésus notre Seigneur? N'êtes-vous pas mon oeuvre dans le Seigneur? 2 Si pour d'autres je ne suis pas apôtre, je le suis au moins pour vous; car vous êtes le sceau de mon apostolat dans le Seigneur. 3 C'est là ma défense contre ceux qui m'accusent. 4 N'avons-nous pas le droit de manger et de boire? 5 N'avons-nous pas le droit de mener avec nous une soeur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas? 6 Ou bien, est-ce que moi seul et Barnabas nous n'avons pas le droit de ne point travailler? » (1 Corinthiens 9 :1-6)

L’enseignement des apôtres au sujet des boissons est en parfaite harmonie avec celles des autres Écritures  Ils condamnaient fermement les excès de manger et de boire (ivrognerie) ainsi que les autres désir de la chairs sans  pour autant ériger en péché la consommation modérée de ces boissons ou le fait de manger des mets succulents.

“3 C'est assez, en effet, d'avoir dans le temps passé accompli la volonté des païens, en marchant dans la dissolution, les convoitises, l'ivrognerie, les excès du manger et du boire, et les idolâtries criminelles. 4 Aussi trouvent-ils étrange que vous ne vous précipitiez pas avec eux dans le même débordement de débauche, et ils vous calomnient. “ (1 Pierre 4:3)

Il était par contre demandé aux croyants qui mangent et boivent de le faire pour la gloire de Dieu. Ceci implique donc que les excès de manger et boire ne doivent pas être commis car ils ne rendent pas gloire à Dieu mais entraînent la ruine de ceux qui s’y adonnent.

« 31 Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. » (1 Corinthiens 10 :31)

 « Ne buvez pas trop de vin: la boisson pousse les gens à se détruire. Mais soyez remplis de l'Esprit Saint. » (Ephésiens 5 :18, Parole de Vie)

Si les apôtres prenaient le temps de souligner les méfaits de l’ivrognerie, c’est aussi parce que certains croyants se laissaient aller dans des débordements lors des assemblées, allant jusqu’à s’enivrer alors qu’ils étaient venu pour partager le repas du Seigneur.

“20 Lors donc que vous vous réunissez, ce n'est pas pour manger le repas du Seigneur; 21 car, quand on se met à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l'un a faim, tandis que l'autre est ivre. 22 N'avez-vous pas des maisons pour y manger et boire? Ou méprisez-vous l'Église de Dieu, et faites-vous honte à ceux qui n'ont rien? Que vous dirai-je? Vous louerai-je? En cela je ne vous loue point. “ (1 Corinthiens 11:20-22)

Le statut de chrétien ne protégeant pas le croyant qui consomme du vin de toute ivresse, les apôtres trouvaient qu’il était préférable de s’abstenir de la consommation de cette liqueur. Outre ce risque, et étant donné que les actions que nous posons peuvent avoir des conséquences sur nos frères, les apôtres avaient recommandé de ne point être une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse pour nos frères à cause de ce que nous mangeons ou nous buvons.

“14 Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n'est impur en soi, et qu'une chose n'est impure que pour celui qui la croit impure. 15 Mais si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l'amour: ne cause pas, par ton aliment, la perte de celui pour lequel Christ est mort. 16 Que votre privilège ne soit pas un sujet de calomnie. 17 Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. 18 Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes. 19 Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à la paix et à l'édification mutuelle. 20 Pour un aliment, ne détruis pas l'oeuvre de Dieu. A la vérité toutes choses sont pures; mais il est mal à l'homme, quand il mange, de devenir une pierre d'achoppement. 21 Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, et de s'abstenir de ce qui peut être pour ton frère une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse. 22 Cette foi que tu as, garde-la pour toi devant Dieu. Heureux celui qui ne se condamne pas lui-même dans ce qu'il approuve! 23 Mais celui qui a des doutes au sujet de ce qu'il mange est condamné, parce qu'il n'agit pas par conviction. Tout ce qui n'est pas le produit d'une conviction est péché. “ (Romains 14:14-23) 

A l'époque où vivait l'apôtre Paul,  il arrivait que des viandes provenant des temples d'idoles soient mises en vente sur le marché. C'est ainsi que beaucoup des croyants avaient décidé de ne point en consommer, croyant que cela les aurait rendu impur. La faiblesse dans laquelle étaient tombés ces croyants était le fait de croire qu'ils pouvaient se souiller avec la viande qui avait été sacrifié aux idoles. Une faiblesse que l'apôtre met au même niveau que le fait de croire que la consommation du vin rend impur son consommateur.

Il semble que Timothée faisait partie de ces personnes qui avaient catégoriquement refusé de consommer du vin, même s'il n'est pas dit si c'était par faiblesse ou décision personnelle. Paul l'encouragera à en consommer un peu, pour des raisons médicales, afin de soigner ses malaises d'estomac.

"23 Ne continue pas à ne boire que de l'eau; mais fais usage d'un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions." (1 Timothée 5:3)

Ce que nous devons retenir, c'est que ceux qui ont la connaissance du fait que la consommation du vin n'est pas un péché ne devraient pas se mettre à narguer ceux qui sont faible en le consommant de manière à les scandaliser. Même si le fait de prendre du vin n'est pas un péché, cela serait un péché de perdre celui pour qui Christ est mort à cause de ce que nous buvons ou de ce que nous mangeons.

Voilà, en résumé, l'enseignement que l'on peut tirer de la bible sur la consommation du vin et autres boissons alcoolisées.


"12 Tout m'est permis, mais tout n'est pas utile; tout m'est permis, mais je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit. 13 Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments; et Dieu détruira l'un comme les autres." (1 Corinthiens 6:12-13)

"23 Tout est permis, mais tout n'est pas utile; tout est permis, mais tout n'édifie pas. 24 Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d'autrui." (1 Corinthiens 10:23)
imprimer cet articleImprimer Enregistrer l'article sous format PDFEnregistrer l'article sous format PDF

12 Commentaires:

Les commentaires sur ce blog sont modérés pour 3 raisons : 1) Eviter la publication des commentaires spams dont Café biblique est la cible; 2) Que Je puisse prendre connaissance de chaque commentaire étant donné que je ne suis pas connecté tous les jours et 3) Que je ne puisse pas rater une discussion qui avancerait en mon absence. Je vous remercie pour la compréhension.

Chaque commentaire publié sur ce site engage la responsabilité de son auteur. Toutefois, l'éditeur de Café Biblique se réserve le droit d'utiliser tous les commentaires publiés ici dans ses autres publications, sous n'importe quel format.

Veuillez respecter les lois de votre pays, les lois universelles, le bon sens ainsi que la bienséance dans votre commentaire.

Pour répondre à un commentaire, cliquez sur "Répondre" juste en bas du commentaire auquel vous voulez répondre.

  1. Yeshua parle du fruit de la vigne ...

    Marc 14.25 Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu'au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu.

    or le fruit de la vigne c le raisin, ce n'est pas le vin à proprement parler, ce dernier étant le résultat d'une fermentation qui le rend alcoolisé. Cependant dans ce verset, l'Adon parle de "boire", or on ne peut boire le raisin ...

    Vous ne faîtes donc aucune distinction entre le fruit de la vigne et le vin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai du mal à comprendre votre intervention.

      Jésus parlait du vin, puisqu'il sort sa phrase après avoir partagé une coupe de vin avec ses disciples. D'ailleurs dans Matthieu c'est précisé que c'est le fruit de la vigne qu'il venait de partager avec ses disciples qu'il ne prendra plus (donc, le vin).

      "27 Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous; 28 car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. 29 Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ****ce fruit de la vigne***, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père." (Matthieu 26:27-29)

      Supprimer
    2. Bonjour @ Rodney
      C a fait toujours plaisir de voir de nouvel article, c'est tellement clair et précis que ça en devient ridicule qu'on ne l'ai pas remarquer par nous même.

      Pour le frere plus haut avez vous lu les versets de l'ancien testament,présenter dans l'article?

      EX:deut 14:26
      ""Là, tu achèteras avec l'argent tout ce que tu désireras, des boeufs, des brebis, du vin et des liqueurs fortes, tout ce qui te fera plaisir, tu mangeras devant l'Éternel, ton Dieu, et tu te réjouiras, toi et ta famille.""

      Connaissez vous ce qui est licite/illicite mieux que notre créateur?

      D'apres lui le vin, ainsi que les liqueurs fortes sont permis, mais comme toujours l'excès n'est pas permis.

      Bonne continuation frere Rodney pour vos articles enrichissant.

      Supprimer
  2. J'ai pendant plusieurs mois douté, me demandais si la consommation d'alcool était un péché.
    Je ne suis de toutes les façons pas adepte de l'alcool en général. Mais je recherchais la Vérité à ce sujet, et des articles totalements menteurs entretenaient le doute, en tronquants les définitions des mots grecques et hébreux. Pourtant la réponse est si simple....
    Il n'y a pas lieu de chercher partout pour savoir si oui ou non l'alcool est prohibé par les Ecritures :

    2:9 Quand l'ordonnateur du repas eut goûté l'eau changée en vin, -ne sachant d'où venait ce vin, tandis que les serviteurs, qui avaient puisé l'eau, le savaient bien, -il appela l'époux,
    2:10 et lui dit : Tout homme sert d'abord le bon vin, puis le moins bon après qu'on s'est enivré ; toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent.
    Jean chap 2

    Il n'y avait pas plus nouveau que le vin de Jésus et pourtant ce n'était pas du "vin nouveau" dans le sens "jus de raisin pas ou peu fermenté".

    Le passage aurait pu se passer même de commentaire, mais avec certains, on ne sait jamais.

    RépondreSupprimer
  3. Merci : c'est clair !

    Personnellement, je n'a jamais étudié le sujet, et pourtant, je sais DE PLEINE CONSCIENCE que les boissons alcoolisées ne sont pas interdites ! Ce qui est interdit, c'est toujours l'excès... Et ceci ne concerne pas seulement les boissons alcoolisées, mais tout : que ce soit la nourriture, le luxe etc...

    RépondreSupprimer
  4. Encore une fois, il y a une très mauvaise compréhension de la Bible. Il y a des versets où l'Ecriture interdit l'alcool:Proverbes 30.4
    Les récabites évitaient aussi l'alcool.

    Tout dépend du contexte culturelle ou géographique. Certains peuples supportent l'alcool, d'autres non. Pour ceux qui ont l'alcool mauvais comme les Arabes, les Anglo-Saxons, les Slaves et les Africains, le Seigneur formule une restriction alors que d'autres cultures gèrent mieux l'alcool.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "4 Qui est monté aux cieux, et qui en est descendu?
      Qui a recueilli le vent dans ses mains?
      Qui a serré les eaux dans son vêtement?
      Qui a fait paraître les extrémités de la terre?
      Quel est son nom, et quel est le nom de son fils?
      Le sais-tu? " (Proverbes 30:4)

      Moi aussi comme les récabites j'évite l'alcool, mais cela ne veut pas dire que c'est parce que c'est un péché.

      Supprimer
  5. Nul n’est monté au ciel, hormis celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme.

    RépondreSupprimer
  6. Cela peut devenir péché dans le contexte social du Congo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha, mon frère, t'es drôle. Explique toi un peu

      Supprimer
  7. Lévitique 10:9-11 : Qui est Aaron pour vous aujourd'hui ? Qui constitue sa descendance selon vous ? Que veut dire entrer dans la tête d'assignation pour vous aujourd’hui ? Posez-vous des questions. Quant à moi, je suis un descendant d'Aaron, comme l'est supposé être tout chrétien. J'ai accès dans la tente d'assignation à tout moment de ma vie car l'Esprit Saint de Dieu habite en moi tout comme il est supposé habité dans tout chrétien. Je me refuse de mourir en mettant ensemble ce cocktail dangereux composé de l'alcool et du Saint-Esprit.. Et je sais aussi que c'est une loi sans fin, de générations en générations aussi longtemps que j'enseignerai au peuple de Dieu la parole de Dieu. Qui êtes-vous cher Rodney SANKINKA?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon frère,

      Moi je me situe plutôt dans la Sacrificature selon l'ordre de Melchisedek dans laquelle Jésus a été fait souverain sacrificateur, lui qui n'avait aucune part à la sacrificature d'Aaron. Et ce Jésus était venu mangeant et buvant (du vin et autres liqueurs).

      Si vous faites comme moi le choix de ne pas prendre d'alcool, ce n'est pas un problème, c'est un choix personnel. Seulement, ne faisons pas passer ce choix comme un commandement de la Bible et surtout n'enseignons pas que la Bible en interdit toute consommation alors qu'elle ne le fait pas.

      Supprimer

Pour ajouter un smiley à votre commentaire, copiez les symboles à côté de l'emoticone à ajouter en n'oubliant de mettre un espace avant et après

:) :( ;) :D :-/ :x :P :-* =(( :-O X( :7 B-) #:-S :(( :)) =)) :-B :-c :)] ~X( :-h I-) =D7 @-) :-w 7:P 2):) :!! \m/ :-q :-bd ^#(^

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

 
Avez-vous trouvé cet article intéressant ? Vous pouvez le partager à vos amis sur les réseaux sociaux afin qu'ils bénéficient aussi de cette connaissance!
Ce que la Bible enseigne sur la consommation du vin et autres boissons alcoolisées

Suite à l'indisponibilité actuel du modérateur de ce blog, les nouveaux commentaires ne seront pas acceptés durant une certaine période. Merci pour la compréhension.